Tests de coordination physique

Une simple odeur d’alcool dans votre haleine est suffisante pour donner à des policiers des raisons de soupçonner la présence d’alcool dans votre organisme et d’exiger que vous vous soumettiez à des épreuves de sobriété. Ces soupçons peuvent également être acquis suite à la découverte de bouteilles d’alcool dans votre véhicule, à votre admission aux policiers d’avoir consommé de l’alcool pendant la journée ou la soirée à la sortie d’un bar ou de votre propre maison. Votre conduite, si celle-ci est erratique, peut aussi leur donner un indice d’une consommation récente. Enfin, une démarche ou une élocution lente, ainsi que des yeux dits vitreux ou injectés de sang peuvent leur donner le droit de vous demander de vous soumettre à un alcootest.

Lorsque les policiers ont des raisons de soupçonner que vous avez consommé de l’alcool alors que vous avez conduit ou avez eu la garde ou le contrôle d’un véhicule, ils peuvent exiger que vous vous soumettiez, sans délai, à des tests de coordination physique. Ces tests comportent plusieurs éléments qui sont analysés par les policiers. Par exemple, ils peuvent vous demander de marcher sur une ligne droite imaginaire, de mettre votre tête vers l’arrière ou de mettre vos bras en croix. Ils peuvent aussi vous demander de toucher le bout de votre nez avec votre index, de ramasser une pièce de monnaie sur le sol et même de réciter l’alphabet.

Ces tests de coordination physique sont effectués sur le bord de la route, immédiatement après l’interception du véhicule par les agents de la paix, car, selon la loi, ils doivent être faits dès que possible. Si ceux-ci ne peuvent être faits dans l’immédiat, les agents doivent alors prendre des mesures raisonnables afin que vous soyez avisé de votre droit à l’avocat. Ils ont aussi le devoir de vérifier s’il existe une possibilité réelle pour vous d’exercer ce droit.

La réussite des tests demandés par les forces de l’ordre est primordiale. En effet, l’échec d’une partie de ces tests transforme presque automatiquement les soupçons qu’ont les policiers que vous avez conduit avec les facultés affaiblies en motifs raisonnables de croire que vous avez conduit sous l’influence de drogue, d’alcool ou des deux. À cette étape ils seront en droit de vous mettre en état d’arrestation et de vous ordonner de les suivre au poste afin de vous faire passer un alcootest pour déterminer votre taux d’alcool dans le sang.

Il est important de noter que si vous refusez d’effectuer les tests demandés par les agents de la paix, vous êtes passible d’une amende de 200 $ à 300 $ en vertu du Code de la sécurité routière, en plus d’une possible accusation d’avoir refusé d’obtempérer à un ordre ou d’avoir entravé le travail des policiers. Les conséquences en pareilles circonstances ne sont pas négligeables. Lors d’une interception pour conduite avec les facultés affaiblies, les policiers ont bien évidemment beaucoup de pouvoirs, mais ils ont également beaucoup de devoirs. Si ces derniers ne sont pas respectés, vos droits constitutionnels pourraient alors avoir été violés.

Comments are closed.