Quelles sont les sanctions liées à la conduite sous influence du cannabis?

sanction-pour-conduite-sous-influence-cannabis

Comme n’importe quelle drogue, le cannabis produit des effets sur le cerveau qui affectent la capacité de conduire d’un individu. Baisse de vigilance, perception altérée des distances, diminution du temps de réaction, mauvaise coordination, etc.

Lorsqu’on consomme du cannabis et que l’on conduit, on risque notre vie et celle des autres. Malgré cela, de nombreux conducteurs intoxiqués choisissent quand même de prendre le volant. En revanche, le Code criminel et le Code de la sécurité routière prévoient un éventail de conséquences pour dissuader et pénaliser ces personnes. Voici quelles sont les sanctions liées à la conduite sous influence du cannabis.

Test salivaire : les sanctions pour conduite sous l’influence du cannabis débutent

À tout moment, si un policier soupçonne que vous conduisez sous l’influence du cannabis, celui-ci peut vous demander de vous soumettre à quelques tests qui lui permettront de savoir si vous conduisez avec les facultés affaiblies. Parmi ceux-ci, il y a le test salivaire, qui s’effectue sur le bord de la route. En cas d’échec à ce test, votre permis de conduire sera suspendu immédiatement pour une période de 90 jours. En plus de cette suspension, vous recevrez une amende allant de 300 $ à 600 $, qui sera doublée en cas de récidive. Sachez que le refus ou l’omission de se soumettre au test salivaire requis par le policier constitue une infraction criminelle qui entraîne automatiquement les sanctions les plus sévères.

Les conséquences du petit joint au volant se poursuivent

En plus du test salivaire, le policier peut également vous soumettre à des épreuves de coordination des mouvements. Ces épreuves visent notamment à évaluer le mouvement de vos yeux, votre démarche et votre équilibre. L’échec à ces épreuves est suffisant pour que le policier vous amène au poste afin de vous faire passer une autre série de tests, cette fois-ci réalisée par un agent expert en reconnaissance de drogues. Si vous échouez aux épreuves de coordination, votre permis de conduire sera immédiatement suspendu pour une période de 24 heures. De plus, si l’agent conclut que votre capacité de conduire était effectivement affaiblie par le cannabis, votre permis sera suspendu pour 90 jours.

Et si vous êtes reconnu coupable d’avoir conduit intoxiqué par la marijuana…

Si, au terme de tout ce processus, vous êtes condamné en vertu du Code criminel pour avoir conduit sous l’influence du cannabis, vous serez passible d’une amende minimale de 1000 $. De plus, vous aurez un casier judiciaire et votre permis de conduire sera suspendu pour une période d’au moins 1 an. Vous devrez aussi vous soumettre au Programme d’évaluation et de réduction du risque de conduite avec les capacités affaiblies (PERRCCA). Quant aux récidivistes et aux conducteurs ayant causé un accident, ceux-ci risquent une peine d’emprisonnement.

Pour limiter l’impact des sanctions liées à la conduite sous l’influence du cannabis

Aucune raison ne justifie la conduite sous l’influence du cannabis. Conduire « gelé », c’est mettre sa propre vie en danger, mais aussi celle des autres. Si vous savez que vous allez consommer du cannabis, laissez votre voiture à la maison et prévoyez un autre moyen de transport. En tant que détenteur de permis de conduire, il en va de votre responsabilité.

On vous accuse d’avoir conduit sous l’influence du cannabis? Faites appel à Riendeau Avocats. Ses avocats criminalistes sauront vous aider à défendre votre cause et à réduire les impacts d’une condamnation sur votre vie.

Comments are closed.